Autrefois gibier privilégié de nos anciens le lièvre avait petit à petit déserté notre commune, malgré les efforts des chasseurs la population reste faible. Nous avons parfois le plaisir de voir gambader lièvres et levreaux dans les champs de la commune et aussi et malheureusement sur les routes où la mortalité des lièvres est supérieure à celle enregistrée en action de chasse.

Entre 1 et 5 lièvres sont prélevés chaque année par les chasseurs de la commune

Liens utile pour tout connaître sur ce gibier:

Wikipedia

Chasser le lièvre

 

Le lièvre (du latin lepus) est un petit mammifère herbivore sauvage qui ressemble au lapin. Il existe une trentaine d’espèces de lièvres de par le monde qui diffèrent entre elles par leur taille, leur coloris ou leur mode de vie. Les lièvres sont des animaux relativement solitaires vivants parfois en couple. La femelle du lièvre s’appelle la « hase » (mot emprunté à l’allemand) ; le petit du lièvre s’appelle le « levraut » (ou « levreau »)  ; le mâle reproducteur s’appelle un « bouquin » ; la hase a deux ou trois portées par an et possède trois paires de mamelles. La hase possède 2 matrices, et ainsi elle procrée en superfétation. Le cri du lièvre est le vagissement.

Les lièvres possèdent de longues pattes postérieures qui lui permettent de se propulser en bonds rapides lorsque c’est nécessaire ; le lièvre d’Europe peut ainsi se déplacer à la vitesse de 70 km/h.

Les lièvres constituent un gibier de chasse. En Europe, il est parfois désigné par les noms de capucin, rouquin, oreillard, bossu (lebe en patois gascon).

Chez le lièvre d’Europe, la période de reproduction va de mars à novembre. Cette période porte le nom de bouquinage

Le lièvre